PUBLICAtIONS

Mise au point d’un calculateur du risque d’inobservance aux traitements antihypertenseurs chez des hypertendus traités : le calculateur FLAHS Observance

Objectif. – Rechercher les déterminants d’une inobservance aux traitements antihypertenseurs chez les participants de l’enquête FLAHS 2015 et
mettre au point un calculateur de ce risque pour une population d’hypertendus.

Méthode. – Les enquêtes FLAHS sont réalisées par autoquestionnaire envoyé par courrier à des individus issus de la base de sondage permanente Métascope de TNS SOFRES (panel représentatif de la population vivant en France métropolitaine). En 2015, FLAHS a été réalisé chez les sujets âgés de 55 ans et plus. Les sujets déclarant être sous traitement antihypertenseur et ayant répondu aux 6 questions du questionnaire de Girerd ont
constitué la base pour l’analyse. La variable « parfaite observance » a été déterminée pour un score à 0 et « l’inobservance » pour un score de 1 ou plus. Une régression de Poisson a été menée en univarié et multivarié permettant d’estimer les rapports de risque pour chaque déterminant.
Un calculateur de risque d’inobservance est construit à partir de l’analyse multivariée. Pour chaque sexe, une table de probabilité a été produite
selon le calcul de l’équation multivariée et le risque relatif d’inobservance (RI) a été calculé en prenant comme référence le profil du patient avec la meilleure observance pour chaque sexe. Pour chaque sujet testé, il est attribué une des trois classes du risque d’inobservance : faible (RI < 1,5),
élevé (RI ≥ 2) ou intermédiaire (RI > = 1,5 et < 2).


Résultats. – L’enquête a inclus 6379 sujets et l’analyse basée sur 2370 hypertendus traités. Le début du traitement était inférieur à 2 ans chez
7 % des sujets et la médiane de durée de suivi d’un traitement était de 10 ans. Une parfaite observance est retrouvée chez 64 % des sujets.
Les déterminants indépendants de l’inobservance sont : le sexe masculin, le jeune âge, le nombre élevé de comprimé antihypertenseur, la prise d’un traitement pour une maladie métabolique (diabète, dyslipidémie), la présence d’une maladie chronique autre (cancer, musculaire-articulaireosseuse, psy), la situation de prévention secondaire d’une maladie cardiovasculaire. Le calcul du risque d’inobservance est disponible en ligne sur
http://www.comitehta.org/flahs-observance-hta/.


Conclusion. – La mise au point de FLAHS Observance rend possible une estimation du risque d’inobservance en consultation. Cet outil fait
partie de l’action « agir pour l’observance » proposé par Hypertension France en 2017

Adherence to Antihypertensive Treatment and the Blood Pressure–Lowering Effects of Renal Denervation in the Renal Denervation for Hypertension (DENERHTN) Trial

BACKGROUND: The DENERHTN trial (Renal Denervation for Hypertension)
confirmed the blood pressure–lowering efficacy of renal denervation added
to a standardized stepped-care antihypertensive treatment for resistant
hypertension at 6 months. We report the influence of adherence to
antihypertensive treatment on blood pressure control.


METHODS: One hundred six patients with hypertension resistant to 4 weeks
of treatment with indapamide 1.5 mg/d, ramipril 10 mg/d (or irbesartan
300 mg/d), and amlodipine 10 mg/d were randomly assigned to renal
denervation plus standardized stepped-care antihypertensive treatment, or
the same antihypertensive treatment alone. For standardized stepped-care
antihypertensive treatment, spironolactone 25 mg/d, bisoprolol 10 mg/d,
prazosin 5 mg/d, and rilmenidine 1 mg/d were sequentially added at monthly
visits if home blood pressure was ≥135/85 mmHg after randomization.
We assessed adherence to antihypertensive treatment at 6 months by drug
screening in urine/plasma samples from 85 patients.


RESULTS: The numbers of fully adherent (20/40 versus 21/45), partially
nonadherent (13/40 versus 20/45), or completely nonadherent patients
(7/40 versus 4/45) to antihypertensive treatment were not different in the
renal denervation and the control groups, respectively (P=0.3605). The
difference in the change in daytime ambulatory systolic blood pressure
from baseline to 6 months between the 2 groups was –6.7 mmHg
(P=0.0461) in fully adherent and –7.8 mmHg (P=0.0996) in nonadherent
(partially nonadherent plus completely nonadherent) patients. The betweenpatient variability of daytime ambulatory systolic blood pressure was
greater for nonadherent than for fully adherent patients.


CONCLUSIONS: In the DENERHTN trial, the prevalence of nonadherence
to antihypertensive drugs at 6 months was high (≈50%) but not different
in the renal denervation and control groups. Regardless of adherence
to treatment, renal denervation plus standardized stepped-care
antihypertensive treatment resulted in a greater decrease in blood pressure
than standardized stepped-care antihypertensive treatment alone.


CLINICAL TRIAL REGISTRATION: URL: http://www.clinicaltrials.gov.
Unique identifier: NCT01570777

Utilisation de l’échelle d’observance EvalObs® dans une population de sujets traités pour une hypertension, une dyslipidémie ou un diabète : enquête FLAHS observance 2017

Objectif. – L’utilisation d’une échelle visuelle pour évaluer l’observance des traitements antihypertenseurs a montré sa bonne concordance
avec l’évaluation de l’observance par pilulier électronique. L’utilisation de l’échelle visuelle EvalObs®
dans une large population de sujets traités pour une HTA, une dyslipidémie ou un diabète est l’objectif de l’étude FLAHS 2017 ainsi que l’étude de la concordance entre EvalObs®
et le questionnaire d’observance de Girerd chez des hypertendus.

Méthode. – Les enquêtes FLAHS sont réalisées par autoquestionnaire envoyé par courrier à des individus issus de la base de sondage permanente Métascope de TNS SOFRES (panel représentatif de la population vivant en France métropolitaine). En 2017, FLAHS a été réalisé chez 4783 sujets âgés de 35 ans et plus. L’échelle visuelle EvalObs ® comporte une graduation de 0 à 15 et l’instruction d’utilisation est « combien de jours avez-vous pris le médicament au cours des 15 derniers jours ». Un score > 12 indique une « bonne observance ». Pour le questionnaire de Girerd, un score de 3 ou plus ou une absence de remplissage est considérée comme « mauvaise observance » et la concordance avec EvalObs® a été évaluée chez les hypertendus.

Résultats. – FLAHS 2017 a inclus 4783 sujets comportant 1308 hypertendus traités, 942 sujets traités pour le cholestérol et 405 sujets traités
pour le diabète. Avec le questionnaire de Girerd, une « mauvaise observance » est notée chez 5,1 % des hypertendus et est plus élevée chez les hommes (6,7 %) que chez les femmes (3,5 %). La mauvaise observance est plus fréquente chez les sujets de 35 à 44 ans (11,3 %) et chez les 80 ans et plus (8,4 %) par comparaison aux sujets de 45 à 79 ans (4,2 %). Avec EvalObs®
, la « mauvaise observance » est de 8,2 % [IC 95 ; 6,5–9,9] au cours du traitement du cholestérol, de 6,0 % [CI 95 ; 3,9–8,1] au cours du traitement du diabète et de 3,6 % [CI 95, 2,5–4,7] au cours du traitement de l’hypertension. Chez l’hypertendu, la comparaison du questionnaire de Girerd et d’EvalObs®
trouve une concordance à 93,8 %.


Conclusion. – L’usage d’une échelle visuelle d’observance dans la population de FLAHS 2017 indique que l’observance des traitements de
l’hypertension, du diabète et du cholestérol est différente. L’échelle visuelle EvalObs® en complément du questionnaire de Girerd permet une rapide évaluation de l’observance au cours des maladies. EvalObs est disponible gratuitement sur Appel store et Google play.

Evaluation de l'observance du traitement antihypertenseur par un questionnaire: mise au point et utilisation dans un service spécialisé.

OBJECTIF : Près de 4,5 millions d’hypertendus sont traités quotidiennement en France et une bonne observance des traitements prescrits est un objectif de la prise en charge. L’objectif de cette étude a été de mettre au point un questionnaire pour évaluer l’observance des traitements antihypertenseurs et d’évaluer, dans une population d’hypertendus suivis en milieu spécialisé, la prévalence des difficultés d’observance de ces traitements.

MÉTHODE : Chez 117 hypertendus traités depuis au moins 1 an, un auto-questionnaire comportant 10 questions sur les circonstances de la prise des traitements a été remis avant la consultation. Les réponses ont été comparées à celles obtenues par un questionnaire directif, posé par le médecin au cours de la consultation, sur la qualité de l’observance du traitement dans le trimestre ayant précédé la visite. Afin de déterminer les questions les plus adaptées à la mise au point du Test d’évaluation de l’observance (TEO), le calcul du coefficient kappa a été réalisé. Secondairement, chez 184 hypertendus traités suivis dans une consultation spécialisée hospitalière, le TEO a été administré.

RÉSULTATS : Six questions avaient un coefficient kappa élevé et ont été retenues pour former le test d’évaluation de l’observance (TEO). L’analyse des concordances entre le nombre de réponses positives au test et le questionnaire a montré les données suivantes : lorsque aucune réponse « oui » n’est notée, il n’y a pas de problème d’observance ; lorsque 1 à 2 réponses « oui » sont notées, il existe un minime problème d’observance (prise du médicament avec retard, 1 ou 2 oublis du traitement depuis la dernière consultation) ; lorsque 3 réponses « oui » ou plus sont notées, il existe une mauvaise observance avec plus de 3 oublis du traitement depuis la dernière consultation. Dans cette population d’hypertendus, 10 % des patients ont une mauvaise observance, 24 % un minime problème d’observance et 66 % n’ont pas de problème d’observance avec leur traitement antihypertenseur.

CONCLUSION : La mise au point d’un questionnaire qui évalue l’observance des traitements antihypertenseurs pourrait être un moyen de dépistage, en pratique clinique quotidienne, des hypertendus ayant une mauvaise observance.

Sex differences in adherence to antihypertensive treatment in patients aged above 55: The French League Against Hypertension Survey

Despite the availability of efficient therapies to reduce the risk of cardiovascular complications, poor adherence to antihypertensive (anti-HTN) drugs is frequent, especially during the first year of treatment and among uncontrolled/resistant hypertensive patients.

The aim of the study was to identify factors associated with adherence to anti-HTN treatment and to examine whether they differ across sex. A total of 2743 treated hypertensive participants to the cross-sectional Metascope survey (France, 2015) aged 55 years or more were included. The authors measured adherence to anti-HTN treatment using the 6-item Girerd compliance test. Variations in adherence were examined using the Rao-Scott statistics and Poisson regression. Overall, 63.6% of participants were adherent to anti-HTN treatment.

Adherence was more frequent among women than men (69% vs 58%, P < 10(-4)). For both sexes, level of adherence was positively associated with age (P < 10(-4)), but inversely associated with number of anti-HTN tablets, number of tablets taken for metabolic diseases, history of cardiovascular diseases, number of other chronic diseases (all P < 10(-4)). The inverse relationship between adherence and the number of anti-HTN tablets significantly differed between sexes (P < 10(-4)) Adherence decreased sharply when taking two or more anti-HTN tablets in men, whereas the decrease in women was only observed when taking three or more anti-HTN tablets.

This study suggests that adherence to anti-HTN treatment is higher among women, decreases with the number of tablets prescribed, and differentially so across sex. Reducing the number of tablets for anti-HTN treatment may improve adherence, especially among men and patients with multiple comorbidities.

Six-item self-administered questionnaires in the waiting room: an aid to explain uncontrolled hypertension in high-risk patients seen in general practice

We designed a cross-sectional study to determine whether 6-item self-administered questionnaires addressing difficulties in taking treatment provide independent and relevant information on uncontrolled hypertension in high-risk cardiovascular patients seen in general practice.

Patients with both treated hypertension and a history of vascular diseases-myocardial infarction, stroke, or peripheral artery disease-were included. Risk factors, treatment, history of vascular diseases, blood pressure, and difficulties in taking treatment were assessed by 6-item self-administered questionnaires and recorded. Each positive response to the questions was weighted by 1 and each negative response by 0.

Individual item scores were added together to produce 1 composite score for all 6 questions. A total of 11,096 patients were analyzed. Among them, 5,288 (51.4%) were controlled at 140/90 mm Hg threshold. In multivariate analysis, in addition to age, male gender, treated diabetes, peripheral artery disease, treatment, and alcohol consumption, the adherence score was negatively and independently associated with hypertension control (odds ratio score >/= 3, 0.73; [95% confidence interval, 0.65-0.81; P < .0001].

This study overwhelmingly confirms on a very large scale the effectiveness of this self-administered questionnaire in identifying difficulties in taking treatment in general practice. This questionnaire constitutes an inexpensive and timesaving tool capable of helping general practitioners to understand why hypertension is not controlled in patients at high cardiovascular risk. Whether the use of this questionnaire will improve hypertension control remains to be established.